Intervention de Hervé Guélou concernant une gestion durable du foncier en Bretagne

Intervention de Hervé Guélou concernant une gestion durable du foncier en Bretagne

Monsieur le Président,

Depuis quelques années, le foncier est devenu le centre d'intérêt de toutes les réflexions.

Etude après étude, constat après constat, colloque après colloque, nous constatons que le foncier n'est pas extensible et dès lors il est convoité, pour des usages multiples, la part restante à l'agriculture diminue et la pression sur les prix augmentent du fait de la conjonction des fondamentaux.

Voilà le constat. Maintenant que les enjeux sont partagés, il faut rester lucide et ne pas sombrer dans le balancier qui consiste à aller trop loin dans un sens quand il s'est égaré dans l'autre sens. C'est le risque de l'inflation des structures qui se superposeraient et qui en définitive étoufferaient les initiatives notamment en évinçant le principal utilisateur qu'est l'agriculture.

Par ailleurs, fortement sollicitée dans sa mission fondamentale : nourrir une population en hausse constante voire exponentielle mais aussi dans la réponse quelle doit apporter à l'inflation des normes.

Le foncier étant la richesse des territoires ruraux, il ne faudrait pas aujourd'hui que les nouvelles dispositions viennent étrangler l'adaptation au développement de ces territoires qui doivent garder ce potentiel et son évolution pour maintenir une population justifiant un tissu économique à la base de l'existence des services publics ou communaux.

Regardez objectivement les surfaces artificialisées dans les communes rurales et vous remarquerez que ce n'est pas vraiment à ce niveau qu'ont eu lieu les grandes erreurs mais souvent dans les villes et agglomérations sur de principes contestables avec l'appui de bien de cabinets d'études, de conseils que l'on retrouve aujourd'hui pour expliquer qu'il faut faire l'inverse de ce qu'ils ont prôné pendant de nombreuses années.

S'agissant de la préservation du foncier agricole, la vigilance doit s'appliquer aussi sur le démantèlement des exploitations agricoles.

Dans la perte observée sur nos territoires ruraux, c'est surtout l'agriculture de loisir ou d'agrément qui consomment le plus de terre qui parfois finissent par devenir des friches. Ainsi sur ma commune en 20 ans, 1 ha 50 a été urbanisés pendant que plusieurs dizaine d'hectares sont sortis de la production agricole.

C'est ce marché qui entraine une augmentation du prix du foncier par une concurrence non fondée sur une réalité économique.

Ainsi, voilà des éléments que je souhaite verser au débat et attirer l'attention sur cette réalité : ne pas dessaisir des structures qui œuvrent dans l'intérêt agricole au profit de nouvelles dont l'objectif ne serait pas celui escompté mais qui s'inscrit dans l'objectif d'avoir la maitrise du foncier à des fins idéologiques.

Je vous remercie.

Télécharger l'intervention de Monsieur Hervé Guélou lors de la discussion pour une gestion durable du foncier au service du développement de la Bretagne