Intervention de David Le Solliec concernant la formation et la qualification

Intervention de David Le Solliec concernant la formation et la qualification

Monsieur le Président, Chers collègues,

Vous profitez de cette 1ère décision modificative pour faire passer une réforme notable du programme 311 : "Faciliter les projets individuels de formation et de qualification". C’est à dire pour être concret les chèques Formation, les Chèques Force et les Chèques reconversion.

La crise économique a pour conséquence une forte progression du chômage en Bretagne. Et malheureusement nous ne voyons toujours pas le bout du tunnel. Outre des secteurs comme l’agroalimentaire qui avaient servi d’amortisseur et qui sont désormais touchés, le groupe Doux en étant l'exemple plus récent, l’horizon s’assombrit sur la filière automobile et ses sous-traitants et les informations que nous pouvons collecter sur le secteur du bâtiment autre pilier de notre économie bretonne, ne sont pas bonnes, les carnet de commande commence à se vider.

Dans ce contexte, la Région joue pleinement son rôle et son cœur de compétence en mettant en place les outils permettant aux salariés demandeurs d’emploi de construire un projet de formation débouchant sur un diplôme c’est le Chèque Formation. Où de suivre une formation d’adaptation c’est le Chèque Force. Ou en encore de préparer une reconversion professionnelle c’est le Chèque reconversion.

Ces trois dispositifs très sollicités  durant la période que nous traversons remplissent les objectifs qui leur sont assignés.

  • Chèque Formation : 85% des personnes obtiennent un diplôme et 56% un emploi dans l’année qui suit la formation.
  • Chèque Force : 5 500 chèques affectés en 2011permettant à des personnes de se mettre à niveau en anglais, en informatique et dans l’utilisation d’internet. Ou encore des formations pour obtenir le permis poids lourds. Et quand l’on connaît le poids de la logistique dans notre région c’est une contribution importante que nous apportons à ce secteur.
  • Chèque reconversion : à la différence des deux autres, c’est votre majorité, avec notre approbation c'est vrai qui a mis en œuvre ce nouveau dispositif, pour apporter une réponse aux salariés menacés dans leur emploi par la crise économique. 1365 personnes ont bénéficié de ce nouveau dispositif.

Monsieur le Président, mes chers collègues, que cela soit en Assemblée plénière ou en Commission permanente, les voix de l’opposition ne vous ont jamais fait défaut pour voter les crédits concernant ces dispositifs. Pourtant que n’avons-nous entendu sur le désengagement de l’Etat face à la montée du chômage, à l’inadaptation de ses dispositifs ou encore à la nécessité de déléguer davantage les crédits du FSE. La région étant bien entendu seule à la pointe de l’action pour lutter contre le chômage.

Aujourd’hui, Monsieur le Président, au-delà des crédits supplémentaires inscrits, les adaptations des dispositifs que vous soumettez à notre suffrage appelle de notre part trois observations :

  • 1ère observation. Je constate en effet le changement : les dispositifs gouvernementaux qui hier étaient critiquables, ne le sont plus :
    • le Droit individuel à la formation, loi du 24 novembre 2009.
    • L’Action de Formation Préalable au Recrutement et la Préparation Opérationnelle à l’Emploi mis en place par une instruction gouvernementale de François Fillon en 2010 et la Loi de juillet 2011 relative au développement de l’alternance.
    • Et enfin le Contrat de sécurisation professionnelle qui après expérimentation a donné lieu à une loi du gouvernement Fillon de juillet 2011.
    • Deuxième observation: Hier vous dénonciez le désengagement de l’Etat maintenant avec le changement c’est la Région qui finalement se désengagerait sur l’Etat.
    • Enfin, Monsieur le Président, si à longueur de sessions, nous vous demandons de réaliser des économies et nous continuerons de le faire. En revanche nous ne vous avons jamais demandé de réaliser de futures économies des demandeurs d'emplois comme vous le faites dans les nouvelles orientations proposées pour l’évolution des Chèques Force, Formation et Reconversion, en les renvoyant prioritairement aux dispositifs étatiques.

La formation professionnelle est le cœur de nos compétences. Le chômage augmente de 1,2% en mai.

Pendant huit années, dans cet hémicycle, votre majorité nous aura répété à longueur de discours que le Région faisait toujours mieux que l'Etat et qu'il fallait davantage de décentralisation.

Maintenant que vous avez tous les pouvoirs, il vous faut garder nos compétences obligatoires et surtout ne pas se désengager.

Télécharger l'intervention de David Le Solliec concernant les projets individuels de formation et de qualification