Intervention de Stéphane de Sallier Dupin concernant la politique régionale de santé

Intervention de Stéphane de Sallier Dupin concernant la politique régionale de santé

Monsieur le Président,

Lors de notre dernière session, la majorité n’avait pas de mots assez durs pour attaquer et critiquer le projet de Plan Régional de Santé présenté par l’Etat en Région. Elle nous promettait un plan alternatif qui permettrait de corriger les terribles lacunes dénoncées dans ce PRS.

Nous voilà au pied du mur avec ce document « nouvelles orientations de la politique de santé » pour… 940 000 euros de budget.

Rappelons quelques chiffres pour illustrer des réalisations récentes de l’Etat en Bretagne

  • 120 millions d’euros d’investissement sur le site de Kerio à Noyal Pontivy
  • 900 000 euros de Pôle d’excellence rural pour la seule Maison de santé de Merdrignac

Je rappelle notre budget : 940 000 euros

Alors, que nous propose-t-on ?

Tout simplement d’élargir l’action que nous menons dans les lycées, pour le développement économique et pour les territoires aux sujets de santé qui touchent les lycéens, les salariés et les territoires. Il s’agit de partir de nos compétences pour traiter des questions de santé directement liées à celles-ci.

Quelles actions concrètes nous propose-t-on ? Pas des études ! Pas des rapports ! Pas des colloques ! Pas de réflexion en chambre ! Pas des animateurs ! Des actions concrètes !

  • Des « Espaces santé » dans les lycées ! Commençons par les restaurants scolaires désertés par les Lycéens
  • L’aide à la création de maisons de santé et pôle de santé

C’est bien mais est-ce suffisant ?

Vous le saviez, je vous attendais sur un sujet crucial dans notre région. La question des Troubles Musculo-Squelettiques, notamment dans l’industrie agro-alimentaire. J’avais fait une proposition crédible et constructive sur le sujet.

En quoi consistait-elle ?

La Région engage plusieurs actions qui peuvent concerner les TMS mais de façon désordonnées et non coordonnées. Le libellé actuel du sous chapitre consacré à la lutte contre les TMS est révélateur de ce désordre.  Dans tous les cas, ces actions ne sont pas examinées sous l’angle de la politique de santé.

Quelles sont ses actions ?

  • Des diagnostics ergonomiques via l’ARACT
  • Des actions de formation préventives financées
  • Un conditionnement des aides à l’investissement à la réduction des points noirs sur lesquels les salariés sont particulièrement exposés.

Ce sujet est au cœur de la compétence économique de la Région.

Dans le cadre du pôle pilote breton de lutte contre les TMS, l’action est territorialisée à l’échelle des maisons de l’emploi et ça marche.

Je proposais donc que la Région accompagne cette coordination territoriale et la développe à l’échelle de la Région.

Les TMS ont un impact sanitaire, social et économique sur les comptes sociaux et sur les entreprises et je vous avoue, j’en ai marre de voir de camarades de l’école primaire ne plus pouvoir travailler à 40 ou 45 ans. Alors, Chers collègues, vous qui êtes prompts à vous indigner, voilà un sujet d’indignation, il n’est pas au bout du monde. Il est au coin de la rue.

La proposition était constructive et honnête. Elle n’a pas été retenue. Nous avons raté l’occasion d’une action concrète au cœur de nos compétences, une action sur lequel pouvions avoir des résultats, mais voulons nous des résultats ? Il est vrai que les conditions de travail des salariés ne sont qu’un sous chapitre du chapitre intitulé « Agir pour réduire l’impact négatif de l’environnement sur la santé ». L’amélioration des conditions de travail mérite pour moi une place aussi importante que les questions environnementales.

Quel signal donne-t-on aux ouvriers de l’agro-alimentaire mais aussi aux agents des structures sanitaires et sociales ?

  • Une dénonciation outrancière du PRS
  • Des orientations faites de rapports, d’études, d’animateurs et de colloques
  • Une véritable occasion ratée de prendre à bras le corps la question des TMS, véritable fléau régional. Nous avons raté l’occasion de coordonner notre action pour être plus efficace localement.

Nous voterons contre ce rapport trop insuffisant.

Télécharger l'intégralité de l'intervention au format pdf