Intervention de Hervé Guélou concernant la lutte contre les algues vertes : Baie de la Forêt

Intervention de Hervé Guélou concernant la lutte contre les algues vertes : Baie de la Forêt

Monsieur le Président,

On ne peut voter, Monsieur le Président, sur un document qui n’est qu’à l’état de projet et qui pourrait donc être encore modifié, mais qui, semble-t-il a déjà été signé par les partenaires à grand renfort de presse et qui ne peut plus, donc, être modifié du tout.

Très franchement, Monsieur le Président, vous nous avez fait part de vos explications lors de discussion sur le rapport concernant la baie de Saint Brieuc, nous voulons bien l'entendre. Mais nous pensons aussi qu'il est nécessaire dans ce cas d'adapter la méthode afin que notre assemblée ne se retrouve pas dans cette situation désagréable qui consiste à proposer des réflexions qui ne peuvent être prises en compte puisque tout est déjà validé : cela parait particulièrement indélicate au regard du fonctionnement démocratique de notre assemblée.

Vous avez évoqué les différents bassins versants qui ont déjà été signés. Et je peux vous faire part de la difficulté réelle rencontrée sur le terrain pour mettre en place le programme sur le Lieue de Grève et Thierry Burlot en a fait part. Soyons donc très prudent et tenons compte des points de blocage pour ne pas prendre des risques dans la mise en place de nouvelles chartes qui ne prendraient pas en compte les données nouvelles et notamment la nouvelle sécheresse qui se profile et qui est particulièrement difficile pour la culture de l'herbe.

Au forum mondial de l'eau à Marseille où j'ai pu participer comme Thierry Burlot l'a indiqué, j'ai pu évoquer autour de nombreux scientifiques et représentants d'associations, cette problématique des algues vertes sur l'espace France et force et de constater que les choses ne sont pas si simples et qu'il faut être modeste sur l'ensemble du processus de développement algale, il est ainsi nécessaire que la connaissance scientifique soit élargie aux compétences existantes au niveau mondial ce qui d'ailleurs a été entendu par le gouvernement.

Une méthode originale de résorption des nitrates par la chimie du fer proposée par le professeur Genin, doit être appréciée au regard des enjeux conséquents que cela induit.

Je ne reviendrais pas sur les explications qu'a pu donner très justement ma collègue Françoise Louarn.

Tout ceci nous amène à nous abstenir sur ce rapport.

Je vous remercie.

Télécharger l'intégralité de l'intervention au format pdf