Intervention de Bruno Chavanat sur le projet B-Com

Intervention de Bruno Chavanat sur le projet B-Com

Monsieur le Président,

L’annonce, mardi dernier, par le Gouvernement de la labellisation du projet B-COM est un évènement majeur pour la recherche bretonne, pour l’emploi en Bretagne et plus largement pour l’image et l’avenir de notre région.

Au moment où nous discutons notre budget, où nous allons décider notre effort d’investissement, alors que nous nous apprêtons aussi à élaborer, en 2012, notre schéma régional de la recherche et de l’enseignement supérieur, cette décision doit être non seulement une occasion de se réjouir mais aussi une occasion de nous mobiliser et d’agir.

Cette labellisation est la reconnaissance de la qualité remarquable du travail réalisé au cours des derniers mois par les porteurs du projet B-COM. Fruit du pôle de compétitivité « Images et Réseaux », elle couronne la convergence des efforts du public et du privé, des laboratoires de recherche et des PME.

Elle donne une impulsion décisive à de véritables « emplois d’avenir », des emplois qualifiés dans des filières – l’économie numérique, l’imagerie médicale, l’e-santé, la réalité amplifiée, le cinéma de demain- dont nous savons déjà que leur importance économique va prendre un essor considérable. Plus de 2 000 emplois directs et, à terme, plus de 20 000 emplois indirects pourront ainsi être créés.

Cette décision témoigne enfin des effets positifs pour la Bretagne de la stratégie de long terme menée depuis plusieurs années par le Gouvernement à travers les pôles de compétitivité, la réforme de l’université, les investissements d’avenir, et ceci en dépit des critiques et des oppositions de tous ceux qui, en 2006, ont mis en doute l’efficacité des pôles de compétitivité, en 2007 ont bataillé contre la loi LRU, en 2008 et 2009 ont critiqué la riposte du Gouvernement à la crise, le grand emprunt et les investissements d’avenir.

L’image de Rennes, de Brest, de Lannion, et celle de la Bretagne tout entière se trouvent pourtant mises en valeur. C’est un pas décisif pour une meilleure reconnaissance de notre capacité d’innovation et de développement économique.

Il appartient désormais à notre région d’accompagner et d’amplifier l’impulsion donnée par le Gouvernement.

Alors j'ai lu que d'un côté vous vous félicitez avec un plaisir un peu boudeur car vous regrettez la méthode ou que cette coopération n'existe pas dans d'autres secteurs. Mais paradoxalement vous appelez de vos vœux un effort d'investissement sur le moyen et long termes et un accompagnement volontariste de l'emploi industriel. C'est précisément les effets attendus de B-Com.

Nous formons le vœu qu’au-delà des paroles de satisfaction et des postures politiques, notre budget 2012 et notre futur schéma régional de l’enseignement supérieur et de la recherche accompagnent cet élan. Notre avenir commun en dépend.

Je vous remercie.

Télécharger l'intervention au format pdf