Rentrée 2015 : l’apprentissage à nouveau victime des tergiversations bretonnes

Rentrée 2015 : l’apprentissage à nouveau victime des tergiversations bretonnes

«En cette rentrée, les CFA et lycées bretons sont encore nombreux à ne pas faire le plein. En Bretagne, comme sur l’ensemble du territoire national, le nombre d’entrées en apprentissage ne cesse de diminuer. C’est ce que confirme une étude de la Direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques (DARES) publiée en juillet. Avec la signature de 265 000 nouveaux contrats d’apprentissage en France dans le secteur privé, l’année 2014 a connu une moindre baisse (-3%) qu’en 2013 (-8%), mais elle n’a pas été marquée par l’embellie espérée pour sauver la promesse présidentielle de 500 000 apprentis en 2017», déplore Teaki DUPONT-TEIKIVAEOHO, Conseillère régionale du groupe Droite & Centre de Bretagne.

« Depuis 2009, si la crise économique a pu expliquer pour partie cette réduction, elle est loin d’être seule en cause notamment en Bretagne où elle culmine à - 22%. Alors que l’apprentissage fait partie de nos compétences régionales - c’est la Région Bretagne qui définit le nombre de classes ouvertes chaque année en CFA - la DARES souligne que « les disparités régionales peuvent en partie s’expliquer par des choix stratégiques, qui mettent l’accent ou non sur l’apprentissage notamment en fonction de la nature de leur appareil productif », poursuit l’élue morbihannaise.

« Depuis trois ans, notre groupe dénonce l’incohérence entre les objectifs affichés au niveau gouvernemental, régional et la réalité des faits. Malgré des annonces sur la simplification des procédures, des tentatives de rattrapage avec les créations d’aides mais malheureusement en dehors des périodes de campagne de recrutement…, les entreprises et les formateurs n’ont aucune visibilité sur le financement de l’apprentissage. Alors qu’ils réclament un environnement règlementaire et financier stable, en Bretagne la majorité socialiste n’a cessé de tergiverser sur les conditionnalités et le versement des aides aux employeurs d’apprentis, tout comme elle s’est évertuée à mettre en place la démarche Bretagne Qualité Apprentissage jugée pourtant trop complexe. Pire, en 2015 elle a même réduit de 10% son budget consacré à l’apprentissage ! Ce n’est pas avec ce genre de politique que nous parviendrons à récupérer notre retard au niveau européen » conclut Teaki DUPONT-TEIKIVAEOHO.