Apprentissage : sortir du double langage

Apprentissage : sortir du double langage

A l'occasion de la visite de François Hollande jeudi 30 avril au CFA de Brest, Bernadette MALGORN exprime sa vision sur la politique d'apprentissage

« En Bretagne, comme sur l’ensemble du territoire national, le nombre d’entrées en apprentissage ne cesse de diminuer. La crise économique explique pour partie cette réduction, mais elle n’est pas seule en cause », estime la présidente du groupe Droite & Centre de Bretagne.

« Alors que le Président de la République avait fait de l’apprentissage l’une de ses priorités, on est loin de l’objectif des 500 000 apprentis annoncés. Depuis trois ans, l’environnement règlementaire et financier encadrant l’apprentissage est sans cesse modifié. Comment dans ces conditions établir des relations de confiance entre la Région, les entreprises, les organismes de formation et les jeunes eux-mêmes ?» s’interroge l’élue finistérienne.

« Malgré des annonces encourageantes sur la simplification des procédures, il n’en demeure pas moins que les entreprises et les formateurs n’ont aucune visibilité sur le financement de l’apprentissage. Au delà des grandes déclarations, le budget 2015 de la majorité socialiste bretonne consacré à l’apprentissage est en diminution de 10%. Voilà la réalité des faits ! Sur un sujet aussi essentiel pour la formation des jeunes, alors que le chômage continue inexorablement sa progression, il est temps de sortir du double langage. En matière d’alternance, arrêtons les tergiversations, inspirons nous des expériences qui donnent des résultats et qui ont choisi de mettre les entreprises, non pas à côté, mais au cœur du dispositif », conclut Bernadette MALGORN.

Le Télégramme - édition du 30 avril

telegramme_30.04.15