Session des 15, 16 & 17 décembre 2014 : Intervention de Delphine DAVID sur la mission économie

Session des 15, 16 & 17 décembre 2014 : Intervention de Delphine DAVID sur la mission économie

La Conseillère régionale, Delphine DAVID, a souligné la stabilité des engagements financiers sur les missions économiques pour 2015, toutefois elle a rappelé que les actions financées par la Région au travers des politiques d'amorçage et de coordination des acteurs n'auraient un impact que sur le long terme, alors que les acteurs économiques attendent des résultats sur le court terme, voire immédiats dans le contexte actuel. Elle a également pointé les difficultés du secteur du bâtiment,  la problématique de transmission/reprises d’entreprises, ainsi que le commerce et l'artisanat.

" D'autres points de vigilance nous inquiètent, le secteur du bâtiment en Bretagne. La situation aujourd'hui est dégradée, nous connaissons un repli sans précédent. Fin septembre 2014 la consommation de béton prêt à l'emploi a été en diminution de près de 7% et sur 8 mois par rapport à la même période de l'année précédente. Les carnets de commandes se renouvellent insuffisamment. Le cycle électoral en est une raison mais aussi les contraintes budgétaires qui amènent aujourd'hui les collectivités territoriales en Bretagne et ailleurs à revoir leurs perspectives de développement. Les perspectives restent donc très limitées dans le secteur du bâtiment et là aussi sur les propositions dans le cadre des orientations budgétaires, nous ne voyions que très peu d'objectifs concrets et nous souhaiterions savoir quels sont vos objectifs aujourd'hui pour cette année 2015.

Autres point également de vigilance, nous portons ce point d'exercice en exercice donc il ne va pas vous surprendre : la reprise et la transmission des entreprises. Nous souhaitons vous rappeler que sur la période 2011/2020, il s'agit de 7 700 entreprises bretonnes de 5 à 200 employés qui représentent 155 000 emplois directs qui seront à reprendre en raison du départ à la retraite de leurs dirigeants.

Nous souhaiterions savoir aujourd'hui comment la Région va se positionner ? Nous soutenons l'arrêt ODESCA, pour autant il nous faut retrouver des outils pour soutenir le commerce et l'artisanat qui souffre particulièrement dans le milieu rural. D'autant plus que le fonds ODESCA, de mémoire, portait sur les communes de moins de 10 000 habitants et le nouveau FISAC portera lui sur les communes de moins de  3 000 habitants ce qui nous semble être un seuil relativement bas."

icone-pdfTélécharger l'intégralité du discours