Session du 24 octobre 2014 : Intervention de Sylvie GUIGNARD sur les observations de la Chambre régionale des comptes

Session du 24 octobre 2014 : Intervention de Sylvie GUIGNARD sur les observations de la Chambre régionale des comptes

Dans son intervention, Sylvie GUIGNARD, a proposé une autre grille de lecture des observations de la Chambre régionale des comptes sur la gestion à compter de l’année 2009 de 5 structures à vocation culturelle et de solidarité internationale. Transposant les critiques faites sur Brest Evénements nautiques, le TNB, le Théâtre de Cornouaille, la Passerelle et la MIR au monde de l'entreprise, la conseillère régionale a mis en lumière la différence de traitement opérée par l'exécutif entre acteurs du secteur culturel et économique.

"Quand j’examine les conditionnalités auxquelles les entreprises doivent se soumettre pour bénéficier d’aides ou d’avances remboursables, je me dis qu’il y a deux poids, deux mesures - pour ne pas dire un gouffre - dans la manière de traiter les demandes des entreprises et ces structures.

Accorderiez-vous une aide à une entreprise qui rétribue ses dirigeants sans rapport avec les missions qui leur sont confiées, qui verse des indemnités de rupture conventionnelle sans commune mesure avec ce que le Code du travail prévoit ou qui rétribue des heures supplémentaires alors que les conventions collectives et les contrats de travail des salariés l’interdisent ?

Continueriez-vous de maintenir « sous perfusion » une société en déséquilibre budgétaire persistant alors même que les activités correctives n’ont pas démontrées leur efficacité ?

Accompagneriez-vous une structure qui ne formalise pas correctement ses procédures comptable ou qui n’encadre pas l’utilisation de cartes bancaires par ses salariés ?

Feriez-vous tout simplement confiance à un groupe où l’on retrouve le père, la mère, la belle-fille, le cousin dans l’organigramme et occupant tous des postes stratégiques ?

Accorderiez-vous du crédit au projet d’une start-up qui oublie le b.a.-ba des déclarations auxquelles elle est dans l’obligation de procéder ?"

icone-pdfTélécharger l'intégralité du discours