Session des 6, 7 & 8 février 2014 : Intervention de David Le SOLLIEC sur la mission environnement

Session des 6, 7 & 8 février 2014 : Intervention de David Le SOLLIEC sur la mission environnement

A l'occasion du débat sur la mission n°6 "Pour une exemplarité environnementale", le Conseiller régional, David Le SOLLIEC, a fait part de ses inquiétudes quand à une possible stabilisation de la politique régionale de l'eau, sur l’affectation des crédits du 2ème pilier de la PAC à cette seule politique, mais aussi sur l'EcoFAUR. Il a également rappelé l'importance de la politique EcoFaur, qui aura vocation à être intégrée dans la future politique territoriale 2014-2020, pour les petites communes.

"Nous ne parvenons pas à savoir ce que sera ce nouveau Plan Régional de l’Eau. Dans votre rapport, il est écrit qu’il viserait à lutter contre les insuffisances de l’action publiques en matière de qualité de l’eau, créer des synergies entre les acteurs, simplifier les procédures… Mais n’étaient-ce déjà pas les objectifs assignés aux précédentes politiques qui ont vu nombre d’actions se mettre en place telles que le soutien aux CLE dans l’élaboration des SAGE, la création d’une l’Assemblée Permanente des Présidents de CLE pour favoriser les échanges, la signature de chartes de territoires…. ?

Si effectivement, une optimisation des ressources et une concentration des actions des multiples parties prenantes peuvent trouver leur intérêt dans un contexte de resserrement budgétaire, ne pouvions-nous pas simplement envisager une mise à jour et un approfondissement de la Stratégie en cours? Je crains qu’à force de remettre sans cesse à plat nos dispositifs et de réinventer ou ajouter des structures… les efforts déjà consentis et la cohérence globale d’un projet risquent de s’en trouver mis à mal !

En tant que future autorité de gestion du FEADER, la nouveauté de ce plan révolutionnaire serait donc l’affectation des crédits du 2ème pilier de la PAC, pourtant voués à être utilisés bien au-delà des seules  mesures agroenvironnementales. Depuis le temps que vous lorgniez dessus, ce Plan ne serait-il que le prétexte à réorienter les fonds destinés à  renforcer l'autonomie des filières de production, développer les territoires ruraux et œuvrer pour renouvellement des générations dans le monde agricole breton au seul bénéfice de la politique de l’eau ?

 Nous avons suffisamment dénoncé dans cet hémicycle les risques de ce détournement de fonds que nous ne cautionnerons pas, et nous craignons la désillusion de nombreux acteurs comme la profession agricole qui semble fonder de sérieux espoirs dans ce Plan, notamment en termes de simplification de procédures."

"Le contrat de Pays + l’Eco Faur ce sont deux chances de disposer de subventionnements pour nos projets immobiliers. Nous n’avons que peu de projets sur nos mandats et n’avons pas la force de frappe des Métropoles Bretonnes.

C’est le combat des petits contre les grands

De l’urbain contre le rural

Mais aussi, de la côte contre l’intérieur des terres

Il ne faut pas balayer d’un revers de main ce que je vous dis là parce que c’est une réalité, au même titre que la richesse de la Bretagne aujourd’hui se développe à l’Est et non à l’Ouest."

Télécharger l'intégralité du discours