Session du 17 octobre 2013 : intervention de Gilles DUFEIGNEUX sur la Préparation des programmes opérationnels des fonds européens 2014-2020

Session du 17 octobre 2013 : intervention de Gilles DUFEIGNEUX sur la Préparation des programmes opérationnels des fonds européens 2014-2020

A l'occasion de la discussion sur la Préparation des programmes opérationnels des fonds européens 2014-2020, le Conseiller régional, Gilles DUFEIGNEUX a soulevé, dans ce point d'étape, plusieurs motifs d'insatisfaction (incertitudes sur le cadrage financier national, absence d' identification agricole ou agroalimentaire, non-prise en compte des ETI...) tant sur le fond que la forme .

"Des motifs d’insatisfaction. Sur la forme, parce que là aussi on peut se contenter de tout ! Certes c’est un « dont acte », donc on nous demande de circuler il n’y a rien à voir ! Mais enfin, une consultation au mois d’août il y a mieux, je crois d’ailleurs qu’un certain nombre de membres du CESER l’a pointé. De plus c’est un document qui a déjà été envoyé à Bruxelles. Mais surtout il y a de trop nombreuses incertitudes : on n’a aucune idée du cadrage national financier, on ne sait pas de quelle enveloppe on disposera, vous nous dites qu’on aura une enveloppe vraisemblablement aussi favorable que la dernière fois, je n’en sais rien ! Donc là aussi, on aimerait bien avoir des précisions surtout quand on nous demande de réagir sur un document. On nous a dit tout à l’heure que les règlements n’étaient pas adoptés, et je dirais même loin s’en faut, donc j’espère qu’ils le seront mais pour l’instant ils ne le sont pas. Voilà, autant d’éléments qui, j’espère, nous seront soumis pour notre réflexion de décembre, mais en l’état je trouve que ces éléments manquent bigrement."

 "Et puis des motifs d’insatisfaction sur le fond parce je pense que tous les PO, quels qu’ils soient, ne compensent pas les échecs qui sont très pénalisant pour la Bretagne en termes d’infrastructures. Maintenant on le voit en matière de transport, de multi modalité, de LGV, le fiasco du rapport DURON. En matière de plate-forme portuaire, on n’a pas fait à un certain moment les efforts nécessaires. Alors en quoi c’est PO, qui vont avec le CPER dessiner notre programme d’infrastructures et d’investissements pour les années à venir, apportent-ils une réponse ? En tout cas moi je ne vois pas en quoi ils vont apporter une réponse positive à ces sujets."

 "Et puis le sujet du jour, l’agriculture et l’agroalimentaire, on a bien vu que c’était notre socle économique breton, ce secteur est essentiel en matière d’innovation, d’emplois, de recherche et dans ses rapports avec les industries  agroalimentaires. Là non plus, je ne vois pas une identification agricole ou agroalimentaire et je le regrette."

 

icone-pdfTélécharger l'intégralité de l'intervention