Session du 17 octobre 2013 : intervention de Bernard MARBOEUF sur la Décision modificative 2013 n°2

Session du 17 octobre 2013 : intervention de Bernard MARBOEUF sur la Décision modificative 2013 n°2

En session, le Conseiller régional, Bernard MARBOEUF, a interpellé l'exécutif sur l'inadéquation de la décision modificative n°2 au budget 2013 avec le contexte socio-économique breton.

"Au regard du fléau économique et social inédit que subit La Bretagne, j’avais espéré un choc budgétaire montrant que notre Assemblée se saisissait enfin de cette crise qui taraude notre région depuis déjà trop longtemps. Malheureusement, il n’en est rien et une nouvelle fois je vous dirais que le « choc a  fait pschitt »…

Au risque de me répéter, ce que nos entreprises attendent de nous, ce sont des choix volontaristes, des investissements qui leur laissent entrevoir l’avenir, pas le simulacre de dépenses et d’actions d’accompagnement auxquels vous les avez habituées. Ce qu’attendent nos territoires, ce sont des emplois pour les Bretonnes et les Bretons. Comme nos budgets ne sont pas extensibles, cela nécessite des coupes claires dans nos politiques facultatives et dans nos dépenses secondaires.

Je ne suis d’ailleurs pas le seul à le dire. A l’occasion de la présentation du premier rapport sur les finances publiques locales, le président de la Cour des comptes enjoignait lundi l’ensemble des collectivités à réduire leurs dépenses de fonctionnement en indiquant quelques pistes comme la mise en commun des moyens, la professionnalisation des achats, une meilleure gestion du patrimoine, ou encore la fameuse réduction des postes tels que la publicité et les relations publiques que nous réclamons depuis plus de trois ans.

Vous comprendrez que je ne m’appesantirai pas plus longuement sur cette DM qui n’est qu’une mascarade. Néanmoins, j’ose espérer que faute d’entendre notre groupe, vous écouterez les recommandations de la Cour des Comptes pour l’élaboration des orientations budgétaires de la prochaine session".

icone-pdfTélécharger l'intégralité de l'intervention