Stéphane de Sallier Dupin – Extrait de la discussion relative à la Réunification de la Bretagne

Stéphane de Sallier Dupin – Extrait de la discussion relative à la Réunification de la Bretagne

Les élus du groupe « Bretagne à Venir - Breizh da Zont » ont toujours été très clairs sur le sujet de la réunification. Comme l'ont été les élus de l'UMP et du Nouveau Centre qui les ont précédés dans cet hémicycle lors du dernier mandat.

Nous sommes partisans d'une véritable réunification, sans doute plus négociée concrètement que décrétée. Cette réunification permettra de réaliser plus qu'une réunification administrative, mais une véritable Bretagne forte en Europe, d'Ouessant à Ancenis et de Dol de Bretagne à Clisson.

Comme nouveau venu dans cette Assemblée, je me fais l'écho des Conseillers régionaux expérimentés qui m'entourent et rappelle le vote à l'unanimité de nombreuses motions, ainsi que l'initiative de notre collègue Sénateur Dominique De Legge, qui a proposé un amendement dans le cadre du projet de loi de réforme des collectivités locales. La loi prévoyait jusqu'ici la possibilité de fusionner deux départements – comme avec les deux Savoie – ou deux régions – pour les deux Normandie –, mais ne prévoyait pas la possibilité de voir un département émettre le souhait de se rattacher à une autre région. L'amendement De Legge vise à le permettre.

Tant que les notions votées par l'Assemblée sortante ne sont donc pas contestées par la nouvelle Assemblée, elles sont valables. Charge au Président d'actualiser les actions à mener dans le cadre des motions déjà votées.

Selon nous, un nouveau vote dans ce sens n'est pas nécessaire aujourd'hui.

Par ailleurs, la motion proposée est un peu ambiguë, concernant le champ d'action de notre Assemblée. Le deuxième alinéa de la motion propose de faire des propositions en faveur de la réunification administrative de la Bretagne, certes, et d'une « réorganisation territoriale de

l'Ouest de la France ».

Se saisir de la question bretonne, oui, bien sûr, Loire-Atlantique comprise ; mais se mêler de la réorganisation administrative de l'Ouest de la France, de la Sarthe ou du Loir-et-Cher, n'est pas de notre compétence. C'est la raison pour la quelle notre groupe s'abstiendra sur cette proposition de motion.

(…) M. le Président, j'entends parfaitement votre propos sur la question de l'unanimité.

Il me semble que dans une Assemblée constituée aujourd'hui de beaucoup de nouveaux Conseillers régionaux, il nous faut le temps d'échanger sur le sujet pour trouver le texte de compromis qui nous permettra de faire avancer la question.

Je soutiens donc votre proposition de report et demande à M. Guyonvarc'h de bien vouloir, si possible, nous permettre de travailler sur ce sujet tranquillement et de reporter le travail à la prochaine session.

Télécharger l'intégralité de l'intervention au format PDF