Session du 28 juin 2013 : Intervention de Bruno CHAVANAT sur le PPI Lycées bretons 2010/2014

Session du 28 juin 2013 : Intervention de Bruno CHAVANAT sur le PPI Lycées bretons 2010/2014

En session, le Conseiller régional, Bruno CHAVANAT, a déploré le manque d'anticipation sur le Programme Pluriannuel d’Investissement pour les Lycées bretons et la précipitation de l'exécutif à vouloir engager la construction d'un nouveau Lycée à Plöermel - ville déjà entourée par 5 établissements - alors que les perspectives démographiques à moyen terme témoignent d'un besoin sur la couronne rennaise. Les finances de la Région ne permettant pas de financer deux lycées dans le court terme, il a réclamé d'urgence la réalisation d'une étude globale afin de cerner les priorités.

"Quant aux capacités d’accueil des lycées, là encore manque d’anticipation : les jeunes qui vont entrer au lycée en 2014 ne sont pas une génération spontanée descendue du ciel : ils sont nés entre 1999 et  2001, ce qui permettait d’appréhender a minima leur arrivée dans les lycées et de mieux programmer nos investissements pour éviter le goulot d’étranglement dans lequel nous nous retrouvons."

"Vous annoncez tout de go, comme si tout était ficelé d’avance, que le besoin scolaire sur Ploërmel s’établit à 600 élèves et que « les études de maître d’œuvre vont être engagées avant la fin de ce PPI ». Monsieur le Président deux questions : Un, vous vous étiez engagé à communiquer à l’assemblée les résultats de ces études, pourquoi ne figurent-elles pas dans ce rapport ? Deux, est-ce que le deuxième paragraphe de la page 2 vaut délibération pour créer le lycée de Ploërmel ? En tout état de cause, nous demandons que l’éventuelle construction d’un lycée à Ploërmel soit mise en perspective avec les capacités d’accueil existant. Dans un rayon de trente kilomètres autour de Ploërmel il y a cinq lycées : deux privés sous contrat à Ploërmel, un public à Guer, et encore un lycée public et un privé à Questembert. Faut-il en construire un sixième au risque de déstabiliser ces établissements ?"

"La raison veut qu’une étude globale soit conduite sur ce sujet d’importance pour faire un choix, qui engage non seulement notre collectivité, mais qui aura des conséquences sur l’ensemble de l’offre scolaire."

icone-pdfTélécharger l'intégralité de l'intervention