LGV Brest et Quimper : notre inquiétude partagée

LGV Brest et Quimper : notre inquiétude partagée

Le 5 février, Philippe DURON, Président de la Commission « Mobilité 21 », recevait une délégation du Conseil régional au sein de laquelle le Groupe Droite & Centre de Bretagne  était représenté par Bernadette MALGORN. A l’issue de cette rencontre, un texte largement amendé par notre groupe, a été remis à M. DURON.

Cette démarche collective était nécessaire mais insuffisante. Le projet breton, de mettre Brest et Quimper à trois heures de Paris, ne sera retenu dans le nouveau schéma sans une mobilisation forte des Bretons et une volonté politique sans faille.

Sur ce dernier point, Investir en Finistère partage notre inquiétude. Son Président a récemment écrit à Pierrick MASSIOT :

« Nous nous interrogeons sur la volonté réelle du Conseil régional à poursuivre l’objectif de mettre Brest et Quimper à trois heures de Paris. Il nécessite impérativement de gagner près de 30 minutes à l’Ouest de Rennes, ce qui ne pourra être atteint que par la construction de sections de lignes nouvelles. Nous faisons référence à la publication qui a été faite sur le site internet du Conseil régional suite à votre présentation, le 5 février, des grands projets d’infrastructures bretons devant la commission (Duron). Nulle référence à des créations de lignes nouvelles en direction de Brest et Quimper. Seule une modernisation  des axes est évoquée, déjà engagée et ne permettant de gagner que 5 minutes. Une part belle est faite, par contre, à la desserte Rennes et Nantes. Une telle décision serait grave de conséquence ».