Bretagne Info Partenaires n°39, octobre 2012

LGV: un projet à finalité économique

Au cours de la session de juin, les élus de la droite et du centre ont réaffirmé avec leur détermination de voir Brest et Quimper mis à 3 trois heures effectives de Paris. Après cinq ans d'attente, depuis l'abandon de la technologie pendulaire, une étude a été enfin demandée par l'exécutif pour étudier des solutions alternatives. Au terme de celle-ci on peut retenir un constat : « les aménagements sur les lignes classiques se sont révélés peu efficaces en gain de temps. Et une solution, comme nous le demandons depuis des années : « seule la construction de tronçons de lignes nouvelles permettra d'atteindre le parcours cible de 3 heures ».

C'est un nouveau projet qui est maintenant devant nous. L'investissement est lourd. Ne tombons pas dans le piège du coût rapporté aux minutes gagnées. Une autre approche est possible, et non prise en compte dans cette étude. Il faut passer d'une approche strictement financière à une approche économique. Et au lieu de se dire on va dépenser 4 milliards d'euros pour gagner 15 minutes, considérer plutôt que l'on va investir 4 milliards d'euros pour produire deux ou trois fois plus de richesses et les milliers d'emplois qui en résultent. Rennes ne doit pas être le terminus de la LGV après lequel nous serions condamnés à un omnibus.