Intervention de Hervé Guelou sur le programme Breizh’alg lors de la session du Conseil régional du 11 octobre 2012

Intervention de Hervé Guelou sur le programme Breizh’alg lors de la session du Conseil régional du 11 octobre 2012

Monsieur le Président, mes chers collègues,

Avant d’intervenir sur le fond, je souhaite revenir sur la genèse du rapport Breizh’Alg qui pose des problèmes de gouvernance voire des questions de légalité.

Ce rapport était inscrit lors de notre session budgétaire en février. Il a été examiné par le CESER qui, je le rappelle a émis à l’époque, de sérieuses observations sur les analyses scientifiques présentées au point d’émettre un avis réservé voté à l’unanimité.

Face à ces réserves et à celles du Comité d’orientation, Madame Thomas, lors de sa présentation du rapport à la commission économie du 27 janvier dernier a proposé des amendements express, prouvant bien ainsi, la précipitation du bouclage de ce dossier et le manque de concertation préalable.

Finalement le rapport a été retiré de l’ordre du jour par le président à la demande de Bernadette MALGORN lors de la conférence des présidents précédant la session. Il était annoncé à la session de juin et ce n’est qu’aujourd’hui que nous en prenons connaissance.

Toujours sur la forme, il est pour le moins stupéfiant que ce rapport qui n’a pas encore été voté par notre assemblée fasse l’objet d’une large publicité. Récemment il a été présenté au Forum d’information IDEALG et il est inscrit au programme d’un salon de recherche sur la filière algues qui se tiendra à Saint Brieuc du 12 au 14 avril prochain.

Par ailleurs et c’est la cerise sur le gâteau, vous nous demandez dans la DM2 de voter des crédits pour un projet qui n’a pas encore été voté sans compter les crédits déjà attribués lors des Commissions permanentes.

Là encore nous ne pouvons que faire nôtres les observations du CESER qui précise : «Le Président du Conseil régional fait explicitement référence à la présentation du programme Breizh’Alg. Se pose ainsi la question la légitimité d’une gouvernance informelle qui permettrait par anticipation d’un programme dont les axes de développement n’ont pas encore été validés, piloté par un comité consultatif dont la création n’a pas été approuvée et composé de membres dont la nomination n’a pas été ratifié ».

Monsieur le Président tout cela fait beaucoup. Je me pose même la question de savoir si c’est seulement la légitimité mais réellement la légalité qui n’est pas ici en cause.

Aujourd’hui nous nous trouvons donc avec deux rapports.

L’un du mois de février définissant avec précision des axes stratégiques fondés sur une expertise scientifique contestée et sans perspectives économiques. Et un deuxième rapport, aujourd’hui sans expertise scientifique, avec des axes stratégiques réduits à la portion congrue assortis d’une étude économique de BDI que n’importe quel étudiant aurait pu réaliser en allant sur un site dédié. A ce propos nous demandons combien ont coûté les deux études annexées au rapport.

Tout cela n’est pas sérieux, n’est pas à la hauteur d’un vrai sujet et relève de la tromperie. (...)icone-pdf lire l'intégralité du discours de Hervé Guelou